ASSEMBLÉE GÉNÉRALE le 22 Avril 2017, 9h30, à la Maison des Associations de Vannes, 31 rue G. Le Barz

jeudi 7 avril 2016

BERDER: accès au public?



Quel Morbihannais n’a pas fait le tour de Berder,  en famille, en été ou en hiver, par temps calme ou agité ? Quel touriste, français ou étranger, est resté insensible à la beauté de cette île ?
Les très nombreux visiteurs, ne se sentant pas confinés dans un étroit sentier côtier, tout en respectant le cœur privé de l’île, apprécient l'espace et la liberté remarquables qui leur sont ouverts.  

Incontestablement, Berder est une des pièces maîtresses du tourisme Morbihannais.
L’accueil du public, la protection de la végétation et  le respect de la loi littoral sont des sujets majeurs à  Berder qui retiennent l’attention de la FAPEGM.

La FAPEGM a pris connaissance de l’annonce par voie de presse  de l’acquisition de l’île Berder par le Groupe Giboire pour y réaliser un hôtel de 80 chambres. Pour les associations de défense de l’environnement du Golfe du Morbihan les informations sur cette opération restent toujours très insuffisantes.
Pourtant, lors de sa conférence de presse, le 19 juin 2013, Xavier Hébert du Groupe Giboire déclarait : « Nous voulons donner naissance à une large concertation avec les élus, la population, les associations. Il y a encore beaucoup de questions sans réponse autour de ce projet. Tout sera décidé dans la transparence. »
En tout cas la population et les associations n’ont pas bénéficié de cette transparence !

En premier lieu, nous notons que la capacité de l’hôtel serait limitée à 80 chambres, ce qui  permettrait de maintenir les droits à construire dans les limites des 6 000 m2 de l’existant.
Il serait prudent pour la mairie de Larmor Baden de respecter scrupuleusement la loi littoral dans son PLU en préparation depuis 2010 !

En second  lieu, le public ne comprendrait pas que les conditions d’accès soient remises en cause ou restreintes au strict sentier côtier établi par l'arrêté préfectoral de 1982.

Il est évident que seule l’acquisition de la totalité de l’île par la collectivité pouvait donner une assurance au public, tout en permettant, par le moyen d’un bail emphytéotique, la réalisation d’un hôtel par le Groupe Giboire.

Nous pouvons regretter que cette opportunité n’ait pas été saisie d’autant que le prix final de la cession serait aujourd'hui très fortement inférieur aux premières prétentions du Groupe Rocher.

Néanmoins, il est possible aujourd'hui d’obtenir de l'acheteur Giboire une rétrocession d’une partie de l’île au profit de Vannes Agglo. Cette solution était déjà envisagée lors de la conférence de presse du 19 juin 2013 par Xavier Hébert qui se déclarait "ouvert à une rétrocession" et affirmait que «  le projet ne se fera que s’il y a  une communion d’intérêts ».

La FAPEGM a co-signé le 2 avril avec d'autres associations une lettre au Président de Vannes agglo, M. Le Bodo, lui suggérant de mettre en œuvre cette alternative de rétrocession et lui demandant un rendez-vous